08 avril 2020

ODILE KENNEL 8 AVRIL.. Il est des gouffres clairs que tous croient impossibles.

Odile Kennel   C’est au moment précis où il s’est cru enfin hors d’atteinte – ou presque – que l’ultime épreuve l’attendait. Un dernier effort, assurer sa prise, pousser sur les jambes, orteils crispés sur un relief infime de la paroi, tirer sur les biceps tétanisés, sur les doigts et les ongles qui ripent sur la roche friable du sommet. Et soudain découvrir en face de lui un sombre gouffre où s’allument des yeux rouges. Ils (qu’entend-il par « ils » ?) ne pourront pas le suivre jusqu’ici. Avec un peu de chance. Pourtant,... [Lire la suite]
Posté par Vincent Decombis à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2020

HAIKUS DE LA CINQUIEME SAISON ( III )

HAIKUS DE LA CINQUIEME SAISON  Gestes barrières, Barricades sans pavés Révolutionnaires Marie Pascale Gaudé (c'est un nouveau celui-là)... j'ai réfléchi je pense qu'il vaut mieux les distiller un à un, un seul par jour. un haïku c'est un poème à lui-seul.)   Donc.... Avant d'autres textes , voir le nouveau site de Marie Pascale .      . https://www.mariepascale.fr/    il y a de la lecture là dedans! par exemple : "Voyagez au cœur de l'Australie Aborigène... [Lire la suite]
Posté par Vincent Decombis à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2020

GILLES LAPORTE : J'AI REVE...

  Gilles Laporte 10 h ·  Poème de confinement (en attendant le prochain dessin ou la prochaine peinture...). Pour tenter de se ventiler la boîte crânienne et le cœur... à lire sur mon blog "Laporteplume", tout simplement. http://www.gilleslaporte.blogspot.com.Bonne lecture. Prenez grand soin de vous. Amitié et bises.#poème #confinement #laporteplume (texte et image copy GL/Sacem)Je m'aperçois que les liens ne... [Lire la suite]
Posté par Vincent Decombis à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2020

MARIE PASCALE GAUDE HAIKUS DU 5è JOUR II

    Surprise! en effet L’ouvrage poli, très sage, Mitraille le Vivant   Mouvement dans l’air Une goutte d’eau sur le front Fait trombe de pluie   Étrange silence, Tintamarre du confinement. S’inventer en soi   Au milieu des bois Je respire moins bien qu’hier Dit l’arbre aux abois   Volupté des songes Quand éphémères et fugaces Ils sont attrapés   Sans fatigue ni soif Je marche dans le désert. Au lit ! Sans amant   Forgeron sans fers Ferraille l’ordinaire Au feu... [Lire la suite]
Posté par Vincent Decombis à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2020

C'EST LA CRISE !

Bernadette Blondel nous transmet ce texte, revu de Alfred Gilder   C'est la crise : Les problèmes des boulangers sont croissants... que les bouchers veulent défendre leur beefsteak, Les éleveurs de volailles se font plumer, Les éleveurs de chiens sont aux abois, Les pêcheurs haussent le ton ! Et bien sûr, les éleveurs de porcs sont dans la merde, tandis que les céréaliers sont sur la paille. Par ailleurs, alors que les brasseurs sont sous pression Les viticulteurs trinquent. Heureusement, les électriciens... [Lire la suite]
Posté par Vincent Decombis à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2020

HAIKUS DE LA 5 è SAISON

Marie Pascale Gaudé, déjà écrivante dans ce blog ( voir la dernière publication au 3 avril ) nous envoie plusieurs textes marquants de ce temps suspendu , que nous publierons bien sûr Déjà une salve de ses 32 nouveaux haïkus     HAÏKUS de la CINQUIÈME SAISON  _ mpg  une forme finale viendrait, projet d’un méta haïku en dix sept poèmes - j’invente un verbe : un adjectif-épithète avec l’Apocalypse- utilisation libre de ces 32 haïkus- en vrac, vu l’urgence,. Merci mes ami-e-s de l’UEV   J’ouvre la... [Lire la suite]
Posté par Vincent Decombis à 13:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2020

DENIS LAURENT :LA PENSEE EST UNE LAME DE FOND

  Je vais essayer de livrer quelques réflexions sur l’expérience de confinement, telle que je la vis en ce moment. D’abord, une réflexion sur le mot : pensée. Nous avons tendance à dévaluer la pensée, considérant que l’élan spontané de l’être n’a pas besoin de la pensée.  La pensée serait même une entrave à la liberté et à la vérité, au surgissement de la poésie. Précisément, je ne le pense pas.  Et le fait d’utiliser à dessein le mot « penser » prouve bien à mes yeux que la pensée est... [Lire la suite]
Posté par Vincent Decombis à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2020

PHILIPPE VALLET

Philippe Vallet Présent    Sur les mots l'onde portée d'une pensée écouter lentement la présence légère du présent  
Posté par Vincent Decombis à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2020

CHAPERON ROUGE : MA FOLIE , C'EST MOI ...

  Odile Kennel  ( voir Textes du 2 avril ) continue l'écriture de son roman, par touches éclatantes et étranges    Son invitation au voyage, quotidienne sur Face Book, comme des bouteilles à la mer, ces touches étranges d'un puzzle qu'elle présente ainsi, connaissant déjà peut-être leur place , ou bien les poussant à leur aventure propre avant de les rassembler ?  tout celà  percute, interroge, en ces temps  .Certain(e) s disent le Printemps, malgré tout, le Courage, il en faut . Certes . Elle a... [Lire la suite]
Posté par Vincent Decombis à 22:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2020

MARIE PASCALE NOUVEAUX HAI KUS

Lui, le crucifié; Clouer son bec à Houellebecq! Dieu s’en chargera.     « Tous les enfants de la terre ont du courage quand ils portent leur parent comme un cadavre un mort-vivant une épave un clou une éponge, porte des songes dans l’enfer d’une hécatombe. »     Forgeron sans fers Ferraille l’ordinaire au feu des entrailles   Cette peau de chagrin, L’intellectualisme : À poil, jusqu’à l’os !   Marie Pascaloe Gaudé
Posté par Vincent Decombis à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]