Hier soir j'aurais dû être avec Lucie Taffin au "café Théodore "à "Locquémeau", Nous aurions vus la mer de Bretagne ;elle nous aurait "racontée son flanc ouvert ,afin de donner le soleil..", au café, j'aurais dis ce texte de Werner Lambercy :

"En moins d'un an de grands empires s'étaient effondrés ..
D'autres avaient révélés leurs cynismes
Les autres avouaient leur impuissance ...
Les guerres allaient bon train ,la misère aussi...
Les plus riches entretenaient les unes, et maintenaient l'autre pour leurs plus grand profit..
Des continents entiers semblaient avoir disparus..
des peuples étaient effacés de la surface de la terre ...
Il y avait des spécialistes pour chaque malheur, chaque injustice frappant les hommes..
On pouvait désormais s'en remettre à eux, pour le repos de nos consciences...!
Le monde n'était plus qu'une image , où les morts ne puaient pas plus que LES COURS ASSASSINS DE LA BOURSE....!
Bernard Meulien , artiste résidant dans le Gard, était venu en 2013, à l'ivitation de l'association RECRE "Vivre et Créer à la Montagne", et de l'Union des Ecrivains Vosgiens, lors du Printemps des Poètes, aux médiathèques de Gérardmer, le Thillot, Remiremont, au Collège du Thillot et au Lycée de Bruyères, interpréter de facon époustouflante "Les amours jaunes", de Tristan Corbière, et aussi avec chaleur les chansons de Gaston Couté, accompagné là à l'accordéon par Fred ( Patrice Fredriksen !)