Personne ne l’aurait parié il y a de cela quelques jours ...

Toutes les nuisances sonores se sont tues

Quel réel petit moment de bonheur dans ce pire instant, oui la vie est souvent faite ainsi.

Faisant place aux sons, aux bruits aux murmures aux clapotis aux chants aux sifflements, ... de la Nature

Mon esprit redevint libre ...

Libre de redécouvrir

Libre de ce regard neuf

Libre de se poser

D’écouter

De ressentir

De prendre soin

Et

D’admirer de nouveau ceux et celles pour qui, le temps consacré s’était dissipé »

 

Serge Pasqual a écrit ce texte sur sollicitation de l'atelier virtuel de Maguy Louis ( voir ici au 21 mars en catégorié Ateliers amis )