Dans son site né ce jour, ( voir ce blog en Artistes amis ) Marie Pascale Gaudé, de l'UEV, propose 

 

Le journal de bord du confinement

Si vous êtes seul·e ou si vous avez du temps pour vous et même si vous n’aimez pas écrire:plume bleue

Ça n’a l’air de rien, mais tenir un journal peut être source d’étonnement. Surtout maintenant !!! Il témoignera de votre histoire dans l’Histoire, de vous-même embarqué dans un fait sociologique marquant le début du troisième millénaire. Du pain béni pour votre descendance à l’heure des réseaux sociaux. Mais aussi, et surtout, le journal peut vous aider à opérer une véritable mutation psychologique. A condition qu’il soit créatif! L’auteure et art thérapeute Anne Marie Jobin, qui enseigne la méthode du journal créatif, nous offre quelques exercices en ligne comme cette formidable zone de calme

  • Dans l’idéal, trouvez un cahier neuf, ou un vieux cahier ayant peu servi, en lui retirant les pages usitées. Trouvez aussi un temps quotidien, comme un rituel dans la journée pour vous consacrer à ce cahier qui devient le vôtre, compagnon de l’étrange expérience du confinement.
  • Commencez par vous le dédier, en gardant la place au début pour y réaliser un acrostiche avec votre prénom. Avec les lettres de votre prénom vous allez vous décrire dans un poème personnalisé. En voici de nombreux exemples des plus simples aux plus compliqués, drôles ou lyriques selon les plumes. Pour Bach: (auteur Pierre René Mélon) Béni sois-tu, Jean-Sébastien, Au nom de tous les musiciens! Chante avec nous l’amour du Père, Habille nos coeurs de sa Lumière ! Beaucoup plus simplement: Marie comme Maman, A comme Artiste, R comme Rayon I comme Intrépide, E comme Emmerdeuse… et avec un peu d’imagination vous composez votre poème.
  • Et maintenant voici une méthode qui va déclancher le fil de votre écriture: écrivez spontanément sans aucune retenue tout ce qui vous passe par la tête. Nous sommes tellement corsetés par la bonne formule, le souci des apparences, que même pour nous la crainte du ridicule, l’obsession de bien faire nous paralyse devant la feuille qui reste blanche! Donc allez -y, simplement notez tout ce qui vous traverse l’esprit, l’objectif étant uniquement de ne pas s’interrompre pendant quinze à vingt minutes. Au diable les fautes d’orthographe et les belles compositions. Ainsi vous irez petit à petit à la rencontre de votre imaginaire.

Exemple, si vous ne savez pas quoi écrire et bien vous écrivez je ne sais pas quoi écrire bon sang ça m’énerve c’est complètement débile je préfère candy crash mais c’est la guerre il parait, la guerre et ma liste pour le drive qui n’est pas faite, il faut que j’imprime mon laisser-passer pour aller à l’hopital… enfin laissez-vous aller, traduisez vos pensées ni plus ni moins. Si malgré tout vous êtes en situation de blocage, alors utilisez votre main non dominante jusqu’à la sensation de déblocage: l’essentiel est de mettre un mot après l’autre d’un bout à l’autre de l’expérience, sans vous interrompre.

plume bleue

Cet exercice d’art thérapie s’inspire directement des Surréalistes, pionniers de l’écriture automatique, destinée à libérer votre créativité. J’ai inventé pour vous la suite de ce dispositif créatif avec deux possibilités- donc deux exercices différents selon vos réactions.

  • Relisez pour vous mais à voix haute votre production.

  • Si vous êtes attaché à votre texte : Relevez différents thèmes. Avec des crayons de couleur différentes, coloriez les mots qui ont un rapport ensemble, qui se rapportent à un même thème. Une couleur par thème (mais pas trop de thèmes). Ex: moi sujet/ les autres- ma famille ou la société- le monde en général- mon milieu de travail - thème des verbes d’action/ verbes de ressenti, etc… Reliez entre eux tous les mots de même couleur, puis choississez le mot le plus important, comme un moteur pour chaque thème ou alors formulez un nouveau mot qui rassemble tous ces mots d’un même thème. Tournez la page, ou page d’en face: repportez les mots moteurs avec leur couleur, et illustrez-les par un dessin, une peinture et/ou des collages.

    • Si au contraire après l’avoir lu à voix haute, ce texte vous renvoie à d’insurmontables difficultés ou à des évènements pénibles avec l’impression de tourner en rond, de rabâcher: découpez les pages de votre cahier en **bandes verticales. Sur la page suivante, collez ces bandes de papier de manière à produire tout autre chose, en les superposant ou non, en les décalant, bref en cherchant des “solutions”, puis utilisez des surligneurs ou des crayons de couleurs pour animer ces lettres sens dessus dessous… en leur donnant un sens nouveau!
  • Enfin prenez du temps pour observer le premier fruit de votre journal. Observez vos émotions, ce qui s’est passé pendant la réalisation de votre atelier d’art thérapie spécial confinement.

Bravo! Contactez-moi si vous avez relevé le défi et si vous avez besoin de conseils pour poursuivre cette expérience introspective.

https://www.mariepascale.fr/  ,mp.gaude@gmail.com

Autre Expérience: Si vous avez tendance à la dispersion, je vous recommande chaleureusement l’art du Haïku

Cinq, sept, cinq
C’est la contrainte orientale
Qui nargue Tantale

Je pense qu’il existe un lien particulier entre cette forme poètique contraignante, philosophie de l’instant, et le confinement où nous sommes réduits.

Dans un grand fracas
L’humanité toute entière
se terra.

Étrange silence,
tintamarre du confinement.
S’inventer en soi.